top of page

KINGA GLYK Nouvel album "real life" sortie le 26.01.24 (Warner) En concert le 13 mars 24 au New Morning

La bassiste/compositrice dévoile son nouvel album produit par Kinga Głyk et co-produit par Michael League (Snarky Puppy, David Crosby), récompensé cinq fois aux Grammy Awards


La bassiste/compositrice avant-gardiste Kinga Głyk annonce la sortie de Real Life, son nouvel album très attendu distribué par Warner Music le 26 janvier. Produit par Kinga Głyk et co-produit par Michael League (Snarky Puppy, David Crosby et détenteur de cinq Grammy Awards), Real Life est précédé par la sortie de “Fast Life”, un premier single dynamique disponible en streaming.

J’ai eu l’idée de ‘Fast Life’ en pensant aux fast-foods,” explique Głyk. “Nous voulons tout tout de suite, mais nous éprouvons quand même de la frustration. Trop vite n’est même plus assez vite. Il est important de faire la part des choses et de comprendre qu’aller à toute vitesse n’est pas toujours très productif. On pourrait penser que ça l’est, mais lorsqu’on y réfléchit, notre santé mentale est ce qu’il y a de plus important et il faut y veiller.

Enregistré au cours de plusieurs séances lors de l’hiver 2022-23 dans le studio Estudi Vint de Michael League en Catalogne en compagnie de l’ingénieur du son/mixeur Nic Hard (Snarky Puppy, Charlie Hunter, Ute Lemper et lauréat des Grammy Awards), Real Life est le premier album de Kinga Głyk depuis plus de quatre ans et la production la plus distinctive de sa carrière en pleine évolution. Agée de 26 ans, la musicienne établie entre la France et la Pologne - et considérée comme un des plus grands talents de sa génération grâce aux millions de vues sur YouTube engendrées par ses performances internationales et ses reprises virales d’Eric Clapton, Bruno Mars, Vulfpeck et bien d’autres - s’est lancée dans l’écriture de titres originaux instrumentaux dans une veine contemporaine inspirés par le jazz et le funk, mais aux arrangements et à l’approche esthétique uniques.


Lors de notre premier échange, Michael m’a demandé ce que je voulais exprimer avec ma musique”, précise Kinga Glyk. “Je lui ai répondu que je voulais que la basse figure au centre du disque, mais pas qu’on pense qu’il s’agit seulement d’un album de bassiste. Je voulais créer de belles chansons. La musique peut être intéressante, puissante et peut vous toucher même s’il n’y a pas de paroles. J’aime me servir de la musique pour décrire mes sentiments et écrire de belles chansons pour toucher ceux qui m’écoutent. On ne doit pas nécessairement se dire : « oh, c’est sûrement un disque de bassiste. » L’idée est plutôt de raconter des histoires en musique.


Głyk est accompagnée de musiciens partageant la même vision, avec l’aérophoniste Casey Benjamin (Robert Glasper Experiment, Stefon Harris), le batteur Robert “Sput” Searight (Snarky Puppy, Kirk Franklin, Ghost-Note) et des claviéristes de premier plan comme Caleb McCampbell (Beyoncé, Michael Bublé), Julian Pollack (Marcus Miller, David Sanborn, Joe Lovano), Nicholas Semrad (Miss Lauryn Hill, Talib Kweli, Bootsy Collins) et son collaborateur de longue date Brett Williams (Marcus Miller, Mumford and Sons, Stevie Wonder). Michael League, lui aussi bassiste, a également joué quelques parties de claviers, de guitare électrique, de sitar électrique et guitare électrique baryton fretless. Dans son rôle de co-producteur, Michael League a contribué à mettre en avant les qualités de compositrice de Glyk, son jeu de basse virtuose constituant la fondation idéale de l’élan et de l’interaction spatiale du groupe. Malgré l’absence de paroles, des titres comme “Unfollower” et le vibrant “Swimming In The Sky” sont riches en storytelling profondément personnel et en idées conceptuelles. Son approche émotionnelle de l’instrument relie de façon remarquable le lead et la rythmique, des mélodies indélébiles et un groove élastique.



Comentários


bottom of page